Politique de protection des renseignements personnels

Ce site utilise des témoins de navigation afin de vous offrir une expérience optimale.

En savoir plus

Où souhaitez-vous
partager cette page ?

Avis d'ébullition levé

Jeudi, 6 juin, 14 h 20

L'avis d'ébullition est maintenant levé pour tout le territoire de la Municipalité de Lanoraie.

L’adresse URL a bien été copiée dans votre presse-papier.

L’histoire de Lanoraie est très documentée et son patrimoine témoigne d’un riche passé.

On doit la vitalité de l’histoire lanoroise et son accessibilité à la Société d’histoire de Lanoraie qui est active dans la communauté. Elle permet de décloisonner le passé et de veiller à garder la mémoire collective de la vie d’autrefois.

Les textes décrits ci-dessous ont été tirés des œuvres de la Société d’histoire de Lanoraie et de la Commission de toponymie du Québec.

L’histoire de Lanoraie en bref

Lanoraie est construite sur un site des Iroquoiens du Saint-Laurent, tribu de la province de Masouna que Jacques Cartier a probablement rencontrée en 1535. La maison longue et les artéfacts des Iroquoiens du Saint-Laurent retrouvés à Lanoraie remontent au 14e siècle.

Au 19e siècle, Lanoraie est un des relais importants du Chemin du Roy. Quand le postier change les chevaux ou les ferres à l’une des deux forges du village, on en profite pour casser la croûte. Le flâneur curieux qui veut demeurer quelques jours peut observer les chantiers navals, les moulins, la fromagerie et s’acheter tout autant des vêtements que des biscuits dans le magasin général.

En 1850, « La Dorchester » roule et fume sur ses rails à partir de Joliette jusqu’au quai de Lanoraie où des voiliers déchargent animaux et marchandises. Un bateau à aubes amène, de Montréal, pèlerins et visiteurs.

En 1855, commence la construction navale. Des chantiers de Lanoraie sortent le « Joseph Arthur », le « Chambly », le « Trois-Rivières » et le « White Star » entre autres. À cette époque, il y a autant de navigateurs que d’agriculteurs.

Partager la rubrique

Principaux bâtisseurs et personnages marquants

Honoré Beaugrand

Honoré Beaugrand, maire de Montréal et fondateur de "La Patrie", il fut l’instigateur de plusieurs lois qui firent progresser la salubrité de cette ville. Il était né d’une des plus vieilles familles de Lanoraie : les Beaugrand-Champagne.

Jean Bourdon

(1601-1668) né à Saint-André-le-Vieil, à Rouen (France), il était ingénieur et il fut le premier arpenteur général de la Nouvelle- France. Il a été également cartographe, commerçant, seigneur, procureur-syndic de Québec, commis général de la Communauté des Habitants, explorateur et procureur général du roi au Conseil souverain. En 1637, l’ingénieur-arpenteur et cartographe, Jean Bourdon Dautray, et Jacqueline Potel sa première femme, reçoivent la partie Est de Lanoraie qu’ils nomment Dautray et qu’ils donnent en héritage à Jacques, l’un de leur fils.

Charles Sevestre

Maître-imprimeur et libraire à Paris, commis général de la Cie des Cent-Associés en Nouvelle-France, il obtient une seigneurie située à l’Ouest de la seigneurie Dautray. Madeleine Sevestre, fille de Charles, et Louis Niort de Lanoraye seront les seigneurs de cette terre baptisée Lanoraye en 1700.

Clément-Alfred Loranger

Curé de Lanoraie à compter de 1859, il a été considéré le 2e fondateur de Lanoraie à cause des développements qu’il y a instaurés, comme le couvent pour filles, le collège pour garçons, la nouvelle église, etc..

Jean-Baptiste Neveu

Colonel de milice à Montréal, marchand, négociant et seigneur, il est le 5e seigneur de Lanoraie. En 1710, il achète la Seigneurie d’Autray, puis, en 1717, la Seigneurie de Lanoraie; elles seront réunies en 1739. Il y fit bâtir un manoir, des moulins, un fourneau, une église et un presbytère.

Louis-Joseph Doucet

Il mena parallèlement plusieurs carrières : journaliste, enseignant puis fonctionnaire au Département de l'Instruction publique du Québec. Il fut également poète et conteur. Il publiera plus de trente recueils de prose et de poésie. Cofondateur de la Société des poètes canadiens-français, en 1923, Louis-Joseph Doucet reçoit le titre de Prince des poètes du Canada français l'année suivante. Parmi ses ouvrages littéraires, mentionnons La Chanson du passant : poésies canadiennes, paru en 1908. Il a longtemps habité au 9 de la rue portant aujourd’hui son nom.

Partager la rubrique

Les faits marquants de l’histoire de Lanoraie

1350Des fouilles à Lanoraie au 19e siècle par Aristide Beaugrand-Champagne et des archéologues révèlent l’existence d’une maison longue des Iroquoiens du Saint-Laurent remontant au 14e siècle. D’autres fouilles amorcées permettent de dater la présence autochtone à Lanoraie il y a environ 5 000 ans.
1637La Compagnie des Cent-Associés concède une demi-lieue par deux lieues à Jean Bourdon, la partie Est de Lanoraie d’aujourd’hui. En 1647, la seigneurie couvrira une lieue par deux lieues. (une lieue = 4,5 km)
1637-57Charles Sevestre reçoit avant 1657 sa seigneurie de deux lieues sur deux lieues, soit la partie Ouest de Lanoraie actuel.
1700Marie-Madeleine Sevestre et son époux Louis de Niort de Lanoraye, propriétaires de la seigneurie de Charles Sevestre, la baptisent « Lanoraie ».
1717Jean-Baptiste Neveu, seigneur de Lanoraie et D’Autray, construit deux moulins, l’un à farine et l’autre à scie, et encourage par des avances considérables l’établissement de ses tenanciers.
1732Date du premier registre BMS (baptêmes, mariages et sépultures) de Lanoraie.
1742 M. le curé, Gaspard Dunière, fait édifier une église en pierre des champs mesurant 180 X 40 pieds sur la côte bordant le fleuve ainsi qu'un presbytère et un cimetière.
1801Toutes les terres de la Grande-Côte (le long du Saint-Laurent) sont concédées.
1848-50La construction entre Joliette et Lanoraie du Chemin à rails du Saint-Laurent et du village d’Industrie (Joliette) permettra à Lanoraie de devenir le centre d’un commerce important pendant près de 30 ans.
1850Création d’une bibliothèque paroissiale publique à Lanoraie.
1860-95Trois chantiers maritimes fonctionnent à plein régime à Lanoraie.
1862Clément Loranger, curé de Lanoraie, fait construire la 3e église au nord de la rue Notre-Dame.
1874Messire Clément Loranger fait venir les Soeurs de la Providence au couvent de Lanoraie et reçoit les Clercs Saint-Viateur dans l’Académie commerciale pour garçons après avoir fait construire ces deux écoles.
1880Au courant de l’année, 356 voiliers et 354 bateaux à vapeur passent devant ou accostent au quai de Lanoraie.
1881-1917Des milliers de fidèles viennent à Lanoraie en pèlerinage honorer le Sacré-Coeur qui, par miracle, aurait sauvé l’église lors de l’incendie de 1881.
1890-1960Centre de villégiature de plus en plus reconnu, Lanoraie triple sa population l’été.
1903Début de l’électrification de Lanoraie.
1904Le docteur Joseph Ferland et son frère Arthur établissent un aqueduc dans les rues de Lanoraie.
1907Le docteur Ferland demande le droit exclusif d’une ligne de téléphone dans les limites de la paroisse.
1937-2004Grande et fructueuse période de tabaculture à Lanoraie.
2000Fusion de Saint-Joseph-de-Lanoraie et de Lanoraie-d’Autray pour l’érection de la Municipalité de Lanoraie.
2009Les citoyens et leurs élus ayant à coeur la protection de leur patrimoine adoptent le règlement qui met en vigueur le PIIA (Plan d’implantation et d’intégration architecturale) dans le coeur du village.
Partager la rubrique